Comment aider un enfant qui ne veut pas aller à l'école ?

Profile picture for user Redaction Femmezine
3.6 / 5 basé sur 125 votes
enfant qui ne veut pas aller à l'école

Quelques conseils pour apprivoiser avec votre enfant ce passage délicat...

Votre fils de 3 ans pleure quand vous le déposer à l'école ? Il fait des crises d'angoisse, s'accroche à vos jambes, refuse de porter son cartable et ne supporte pas que l'on parle de sa maîtresse devant lui. Votre fille de 5 ans fait des cauchemars, mouille à nouveau son lit, et vomit le lundi matin lorsqu'il est l'heure de prendre le chemin des écoliers ? Voici quelques conseils pour apprivoiser avec eux ce passage délicat qui consiste à quitter les jupes de maman pour aller à l'école, s'ouvrir au monde.

Pour commencer, on fait la sourde oreille face aux bons conseils des grand-parents qui prétendent que c'est criminel de faire souffrir un enfant de la sorte et qu'il faut le retirer de l'école, et ceux des copines qui essaient de nous convaincre qu'on ne doit pas se laisser manipuler par ces caprices infantiles.

Votre enfant exprime un vrai mal-être qu'il faut entendre et gérer avec lui. Il est bon de rappeler que le concept d'école maternelle est assez récent, rare et pas obligatoire. Tous les pays européens ne proposent pas cette alternative aux parents. En Allemagne, les mères doivent s'occuper de leur enfant jusqu'à leur 6 ans avant de pouvoir les scolariser, ou trouver une solution par elles même (grand-parent, nounou, garderie privée).

Donc on commence par se dire que c'est une chance extraordinaire que Jules Jr puisse se sociabiliser dès ses 3 ans (même quand ça passe parfois par des retours à la maison avec des petits bleus et des "griffures" sur les bras, habits déchirés et des disputes dans la cour de récréation, mais si !), apprendre en dehors de vous (même s'il vous ramène à la maison des idées, un vocabulaire, des gros mots, qui ne sont pas les vôtres).  Si vous même en êtes convaincue, ça passera déjà mieux dans la tête de votre bout de chou, que l'école c'est pas une punition, mais un extraordinaire lieu de vie, avec tout ce que cela implique. Donc, n'hésitez pas à lui expliquer tous les avantages que l'école maternelle représente : apprendre de nouvelles choses, se faire des copains, jouer, apprendre à partager, découvrir le monde et l'altérité.

Vous pouvez également lui expliquer en quoi cela vous permet, vous, d'avoir votre vie. De reprendre votre travail, de faire du sport, de voir vous aussi vos copines, d'avoir vos activités. Plus vous lui montrerez que vous êtes indépendante et autonome, plus cela l'encouragera à l'être. Mais en lui précisant bien que vous pensez à lui dans la journée, que parfois même il vous manque, mais que de toute façon, vous savez qu'après cette journée passée chacun dans son univers propre, on se retrouve toujours le soir avec beaucoup de joie. On se raconte alors ce qu'on a fait, ce qu'on a apprit, et on partage de formidables moments en famille. Il faut que votre enfant intègre que cette séparation de la journée d'école n'est pas définitive, et que ça ne vous empêche pas de penser à lui, de même qu'il a droit de penser à vous.

Dans la première phase d'acclimatation, essayer de l'emmener vous même à l'école et surtout d'aller l'y chercher le soir. L'enfant est toujours très content et fier de voir que c'est maman qui vient le chercher le soir, ce fameux "temps des mamans" comme le nomme les maîtresses. Ensuite, une fois l'enfant rassuré, habitué, vous pourrez déléguer tout ou partie à tiers. Et surtout évitez d'être en retard le soir. C'est extrêmement anxiogène pour l'enfant. Si cela vous arrive, appelez l'école avant la sortie des classes, en demandant de prévenir votre enfant que tout va bien, mais que maman est dans les embouteillages et qu'elle arrive.

Il est possible en première année de maternelle, d'aménager le temps scolaire. Si une semaine complète à l'école, avec cantine le midi, est un peu lourde pour votre enfant au départ, et si votre activité professionnelle le permet, proposez lui de le garder avec vous une ou deux demi-journées par semaine. En échange, demandez-lui d'accepter les jours d'école, et encouragez-le à y prendre du plaisir. Valorisez tous les acquis qu'il pourra y faire, intéressez-vous au moindre dessin, à la moindre anecdote de la classe, à ses camarades, à ce qu'il a mangé le midi à la cantine. Et surtout, ne le blâmez pas lorsqu'il rechigne un peu, traîne les pieds, vous fait un petit caprice. L'enfant a absolument besoin d'extérioriser ce qu'il ressent, par des pleurs, des bouderies, des cauchemards. Voire, de vomir. Ca paraît violent, mais il vaut mieux cela, qu'il s'exprime, plutôt que de se refermer sur lui et de s'éteindre. Discutez régulièrement avec sa maîtresse des activités de la classe, d'un problème aussi petit soit-il. Le fait que vous vous impliquiez dans sa vie scolaire le rassurera. De même que de pouvoir vous parler de ses soucis, des disputes, de ce qu'il n'aime pas en classe ou dans le menu de la cantine.

Pour compléter tout cela, mettre en place des petites astuces pour aider votre enfant à aimer l'école, nous vous conseillons la lecture du "Guide de votre enfant de 3 à 6 ans", d'Anne Bacus, Ed.Marabout, 7,90€.

 

Pour plus d'informations sur comment aider son enfant à s'épanouir et à bien travailler à l'école, nous vous conseillons de continuer votre lecture avec les articles suivants :

enfant qui boudeComprendre et lutter contre l'échec scolaire enfant qui a peurComprendre la phobie scolaire
 mere et filleAider son enfant à travailler  enfant qui ecrit au tableauComment aider un enfant dyslexique ?
 

Donnez votre avis !

Profile picture for user rosiia76
rosiia76 , 28 janvier 2010
il faut commencer par le mettre des matinées et lui montrer et faire decouvrir le bon coté ; jeux, jouets , copains copines, dessiner c'est le debut mais important de leurs montrer le bon coté plutot que les petits tracas des règles à respecter. BIS
Profile picture for user mariammlk
mariammlk , 29 janvier 2010
le mieux est de le deposer de temps en temps à la garderie bien avant qu'il sommence d'aller à l'ecole. Cela l'aiderait beaucoup (c'est ce que fait ma soeur avec ses enfants).
Profile picture for user jerestezen
jerestezen , 02 février 2010
un tel souci ne m est jamais arrivé mais cela doit être très dur à gerer. Voir un enfant souffrir sans pouvoir le soulager. Diificile
Profile picture for user audelia
audelia , 04 février 2010
bonjour j u le meme sousi avec ma petite leana quand elle a commencer a allee a lecole je ne la metai que le matin je lacconpagnier ds sa classe et puis avc des professeur gentil au bout de kelque jour sa lui et passer voila le tit bous se fra vite a la vie en communauter et puis se fra plin de nouveau copin en generale il son contan apre quelque jour
Profile picture for user vanilledeluxe
vanilledeluxe , 10 février 2010
Une fois l'attrait de la nouveauté dissipé, l'enfant développe naturellement une réticence à aller à l'école et c'est d'autant plus difficile lorsque qu'il n' a été gardé que par sa mère. La crèche et la halte-garderie habituent l'enfant à être séparé de ses parents durant un temps sans avoir un sentiment d'abandon et l'enseignant doit aussi être informé des difficultés que l'enfant pour tenter une approche différente et ne pas accentuer ses angoisses.
Profile picture for user zaza171005
zaza171005 , 15 février 2010
ma fille n'était pas sa maitresse l'année derniere ça a été dure
Profile picture for user 3mouss
3mouss , 15 février 2010
je n'ai jamais eu se soucie ça dois être trop dur j'ai eu de la chance avec mes petit d'avoir de la place en crêche ce qui facilite les contact mes le conseil de mariammlk est vraiment bien je pense que les mairie sont cool avec ça et pourrais vous arranger quelques jours en garderie ou centre aérée .bonne idée
Profile picture for user nasssa
nasssa , 15 février 2010
iL FAUt deja comprendre pourquoi il n eveux pas y allé et le reconpensé pour les fois ou il y va lui montré les coté positive s interesser a sa journée et montré qu on est fiere de lui .. que c est un grand :)
Profile picture for user mataja
mataja , 22 février 2010
Je n'ai jamais eu de problemes ils ont toujours ete a l'ecole de bon coeur, meme quand ils n'etaient pas bon scolairement ils y allaient si j'avais le malheur de ne pas les mettre une demi journnee ils me grondaient, pareil pour la cantine, impossible de les en retirer. Il y a les copains a l'ecole et c'est leur vie.
Profile picture for user nigar
nigar , 23 février 2010
au début c'est vrai que c'est difficile pour l'enfant, mais avec le temps il s'y habitue et par la suite il se plait d'avantage.